Castaner, Macron doivent répondre de leurs actes devant la justice

Castaner, Macron doivent répondre de leurs actes devant la justice
Pétition adressée à la Cour Pénale Internationale et à l’ONU

Classement sans suite des plaintes

Attendu que 500 plaintes contre M. Castaner, Ministre de l’intérieur de la France ont été classées sans suite, nous citoyens Français, soucieux de la préservation des libertés publiques, horrifiés par les mutilations extrêmement graves infligées à des manifestants pacifiques ou à des passants, saisissons donc les procureurs de la Cour Pénale Internationale pour des faits graves, sans précédents en France depuis des décennies.

Depuis 3 mois, nous, citoyens, constatons que la justice de notre pays est aux ordres du garde des Sceaux et du Président de la République, qu’elle a refusé de poursuivre le Ministre de l’intérieur, donneur d’ordre de tirs de LBD40 et de GLI-F4 dans des conditions totalement contraires au Code de la sécurité intérieure.

Utilisation d’armes mutilantes

En 15 jours de manifestations (15 actes), 1 décès, 2100 manifestants ont été blessés. 90 d’entre eux souffrent de blessures graves, 20 ont perdu un œil, 5 ont eu une main arrachée. Ils ont tous été atteints par des tirs de LBD40 ou de GLI-F4. L’Etat Français a décidé d’utiliser systématiquement et de façon massive des armes mutilantes contre les manifestants du mouvement des gilets jaunes. Il a sciemment mis en danger la population et mis en difficulté les forces de l’ordre non formées à l’usage du LBD40.

Acharnement judiciaire

Sur le terrain judiciaire, l’Etat a demandé la plus grande sévérité.  La justice a suivi l’injonction. Ainsi 1 796 condamnations ont été prononcées par la justice. 1 422 personnes sont encore en attente de jugement. Plus de 1 300 comparutions immédiates ont été organisées et 316 personnes ont été placées sous mandat de dépôt.

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/gilets-jaunes-la-justice-a-prononce-pres-de-1-800-condamnations-depuis-le-debut-du-mouvement-annonce-le-premier-ministre_3187137.html

En conséquence, nous vous demandons d’ouvrir une enquêtenous accusons M. Christophe Castaner et M. Emmanuel Macron, Président de la République, de crime contre la population civile, au titre de l’article 7 crime contre l’humanité : Emprisonnement – persécution d’un groupe pour motifs d’ordre politique – atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique.

Collectifs « Liberté, Egalité, Fraternité » et « Article 35DH »

Je signe